pictos_portailE simpleicon.com Collection Of Flat Icon, Symbols And Glyph Icons pictos_portailE background Layer 1 pictos_portailE simpleicon.com Collection Of Flat Icon, Symbols And Glyph Icons pictos_portailE background Layer 1
banner-call

02.53.93.83.03

En partenariat avec

CCI Nantes St-Nazaire
banner-mobile banner-left banner-right-start banner-right-end

La filière maritime fait sa transition

Publié le 25 février 2021

Une nouvelle ère pour le transport maritime se dessine sur le territoire métropolitain. Un pari sur l'innovation et le développement durable qui s'avère gagnant pour l'activité des entreprises. Retour d'expérience avec Stefan Gallard, directeur marketing chez Grain de Sail dont le cargo à voile vient de boucler sa première transatlantique.

 

De Couëron à la République Dominicaine

Le cargo à voile Grain de Sail, construit dans les ateliers d'Alumarine à Couëron, a livré sa première cargaison à Saint-Nazaire le 22 février. Ce cargo à faible impact écologique appartient à Grain de Sail, une entreprise morlaisienne de production de chocolat et de torréfaction de café biologique. Parti le 18 novembre dernier de Saint-Malo avec 15 000 bouteilles de vin bio qui ont été débarquées à New-York, ce cargo pas comme les autres a ensuite mis le cap sur la République Dominicaine pour charger sa cale de masse de cacao bio avant repartir vers Saint-Nazaire.

 

Un concentré de savoir-faire

« Le bateau a un comportement très marin, aussi bien à vide que chargé et dans différentes conditions, se félicite Stefan Gallard. Ce premier voyage s'est très bien passé et nous a permis de tester le navire en conditions réelles. » Sous des dehors de voilier classique, Grain de Sail est une véritable innovation. « Nous partons d'une technique ancestrale qui est celle de l'utilisation de la force des vents. Mais nous avons dû adapter cette technique à un bateau capable de transporter jusqu'à 50 tonnes de marchandises. Pour y parvenir, nous avons mobilisé les savoir-faire de toute la filière. La coque est en aluminium, les instruments de bord sont ultra-modernes, la cale est isolée et climatisée et les voiles et les gréements bénéficient des dernières avancées de la course au large. »

 

Décarboner le transport maritime

Olivier et Jacques Barreau, frères jumeaux originaires de Saint- Brieux et experts en énergies renouvelables, ont fondé Grain de Sail en 2010 avec l'idée de décarboner le transport maritime.

La première question qu'ils se sont posée, c'est celle de la matière première qu'on met dans la cale, rapporte Stefan Gallard. Pour maximiser l'impact écologique, il fallait miser sur un produit qui n'existait pas localement ». La torréfaction de café a débuté en 2013 et la production de chocolat en 2016.

 

Un pari économique gagnant

La production de l'entreprise a permis de financer en partie le projet de cargo à voile. « Avec deux boucles par an, nous pourrons transporter environ 50 à 60 % de la matière première dont nous avons besoin », détaille Stefan Gallard. Grain de Sail ne compte pas s'arrêter là. L'entreprise qui a réalisé 5 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2020 prévoit de construire un nouveau cargo à voile pour 2023 qui devrait lui permettre de transporter 100 % de sa matière première via la voile.

 

Consolider la filière

« Cette traversée est un grand pas en avant pour le transport maritime à la voile. Maintenant, il faut consolider tout ça, souligne Stefan Gallard, notamment du point de vue de la législation, qu'il faut adapter et uniformiser au niveau international, puisque pour l'instant, un cargo à voile doit se plier aux mêmes règles qu'un cargo à moteur ». Pour le directeur marketing de Grain de Sail, « la formation doit aussi évoluer pour préparer et former les futurs équipages à ce nouveau mode de transport ».

 

Un territoire mobilisé

La filière maritime est l’une des 6 filières stratégiques de Nantes Métropole. La Métropole poursuit son engagement envers la filière maritime avec le Nantes City lab maritime et le pôle économique maritime du Bas Chantenay. Un engagement qui consolide l'écosystème et permet l'émergence d'autres projets innovants portés par des entreprises locales. Parmi eux, celui de la société nantaise Zéphyr & Borée. Elle développe un système d'ailes articulées pour les navires qui devrait équiper un premier cargo d'ici 2022 et permettrait de réduire jusqu'à 50 % des émissions de CO2. Autre exemple, la Sart-up nantaise Neoline incubée par Atlanpole qui travaille sur des cargos à voile. Après des partenariats avec Manitou group, Renault ou Beneteau, elle a signé le 21 février une lettre d'engagement avec Michelin pour le transport de pneumatiques entre Halifax et Saint-Nazaire dès 2023. « Il y a beaucoup de projets qui sont en développement, mais les contraintes techniques sont importantes et c'est toute la filière qui doit se mobiliser pour mettre en place l'industrialisation des innovations nécessaires », insiste Stefan Gallard.